Merci aux anciens de l'armée de l'air qui ont scanné et diffusé le document joint : 1951_06_15_Arm_e_de_l_Air.

A cette époque, la BA 115 était doté de SNCASE Mistral  (source : http://www.aviastar.org/air/france/sud-est_mistral.php):

sud_est_mistral      sud_est_mistral

Deux pilotes ont poursuivi une machine non identifiée. Ils en ont rendu compte le jour même. Immédiatement, le commandant de base a estimé de son devoir d'en rendre compte à l'échelon supérieur.

En voici ma traduction du rapport du lieutenant et du compte-rendu du colonel commandant la base (écrits en anglais dans le cadre de l'OTAN ?).

Du colonel Morlat
commandant la base aérienne 115
référence : 811/BA/TAC/S

A Orange, le 19 juin 1951

Objet : machines étranges circulant dans le secteur aérien de la base aérienne d'Orange Caritat

J'ai l'honneur de vous transmettre le rapport ci-joint établi par deux pilotes de la 5° escadre (Lieutenant Galibert et sergent chef Prio), qui ont vu, lors d'un entraînement, le 15 juin au matin (à 1130 heure locale) une machine/un dispositif étrange évoluant dans le secteur de la base aérienne d'Orange Caritat.

Attendu :
- l'étrangeté de l'observation concernant l'aspect, la forme, les mouvements, l'attitude, la vitesse de l'objet,
- le fait que ces observations
    A/ ont été faites par deux pilotes qui :
        1° par leur expérience, ont l'habitude d'observer,
        2° sont des individus équilibrés dont l'imagination n'est pas débordante
    B/ se recoupent complètement
je suis convaincu qu'il est de mon devoir de vous en rendre compte

J'ai personnellement interrogé ces deux pilotes 1h30 après qu'ils aient observé cette machine. Le résultat de cet interrogatoire et leur compte-rendu n'offrent aucune différence, et nous pouvons les résumer comme suit.

(deuxième document)

Lieutenant Raymond Galibert
Commandant la 1ère escadrille de l’escadron 1/5 Vendée
    Au Colonel commandant la Base aérienne 115

J'ai l'honneur de vous rendre compte des faits suivants.
Le 15 juin 1951 j'ai décollé en 3° position d'une patrouille pour un vol d'entraînement. La patrouille était composée comme suit : Mano24 (S/C Barbou, ECP) Mano36 (S/C Prio E) Mano20 (Ltt Galibert, instructeur), Mano37 (slt Girardon).
comme Mano 37 n'a pas pu démarrer son moteur, la décollage s'est fait avec 3 appareils, face au sud (piste 15). Une fois rassemblés et tournés de 180°, Mano24 signale que la lampe verte de son train gauche est allumée. Mano 36 vérifie et constate que le train n'est pas verrouillé. Manon 36 et moi-même effectuons quelques S. Après quelques tentatives pour débloquer le train, la lampe verte de Mano24 reste allumée.
Je lui ordonne d'atterrir.
Nous sommes alors vers le nord du terrain à 6000 pieds d'altitude Mano36 tourne à gauche et faisant face au sud me signale un objet étrange à ses 9h00, légèrement plus haut. Etant n°3 et ayant le n°1 qui atterrit, je me place en leader. A la fin de mon virage, je me place face à la machine signalée tout en augmentant mon altitude. environ 5 minutes se sont passées depuis le décollage (selon la tour d'orange, à 10h23 TU) pendant 2 minutes environ, la machine semble immobile. Pensant au départ à un avion, je me rends compte qu'elle est immobile que j'en suis de plus en plus proche. Sa forme apparaît comme un un rond de couleur argentée. Je prends conscience de sa forte luminosité en enlevant mes lunettes de soleil. En arrivant à 10 000 pieds, il me semble qu'elle est au même niveau. Elle semble être au sud du massif du Pelvoux et dans le prolongement des sommets enneigés. Nous nous dirigeons alors vers l'azimut 080.
A cet instant, j'ai stabilisé mon avion à l'horizontale en conservant ma vitesse et assiette ascendante. La machine a pris une forme elliptique et s'est mise à grimper avec un angle faible. Voulant me placer derrière, je continuai à monter sous un angle faible, elle devint de plus en plus petite. Je l'ai perdue de vue, puis retrouvée comme un point sur la ligne d'horizon. Elle était totalement hors de vue après environ 6 minutes de poursuite.

Une fois que j'ai pris le cap 80, il faut noter que je n'ai plus changé de direction lorsque la machine a commencé à se déplacer. Pendant toute la poursuite, qui s'est terminée à 16 000 pieds, ma vitesse était supérieure à 250 nœuds. Lorsque la machine a disparu, j'étais à la verticale de Serres (sur le Petit Buech, un affluent de la Durance). Au départ, elle semblait être à la même altitude que les sommets enneigés du Pelvoux, plus près du Pelvoux que du Viso.

Pelvoux_2

Le Pelvoux (pris à l'adresse : http://www.rando-hautesalpes.com/IMG/jpg/Pelvoux-2.jpg)

Situation du Pelvoux et du Viso par rapport à Orange, reconstitution approximative de la trajectoire des avions (sur carte Michelin n°989, ed 1998) :

1951_06_15_Arm_e_de_l_Air

Points incontestables :

- deux pilotes ont vu une machine très lumineuse.

- cette machine avait des performances nettement supérieures à celles des avions Mistral

Points probables :

- cette machine avait une forme circulaire aplatie (popularisée sous le nom de soucoupe volante), qui est perçue, selon les angles, comme une sphère ou comme une éllipsoïde.

- cette machine avait une capacité de vol stationnaire

Autres considérations

il n'est pas exclu que la forte luminosité soit due à une réflexion du soleil. (vol vers l'est, le matin...)

Il semble peu probable qu'il s'agisse d'une confusion avec la neige. La neige peut donner un aspect brillant qui aurait pu amener à une confusion. Mais la "machine", après une période d'immobilité, s'est éloignée, d'abord en montant tranquillement, puis beaucoup plus rapidement.

Hypothèses

Phénomène naturel ? Je ne vois pas quel phénomène naturel peut être stationnaire puis s'éloigner à une vitesse nettement supérieure à 250 nœuds...

Véhicule de fabrication humaine ? bientôt 50 ans après les faits, on n'a jamais fabriqué d'engin circulaire capable à la fois de vol stationnaire et de vol à grande vitesse.

C'est typiquement un VENI.... Un cas "béton", me semble-t-il.

Et ça ?

album_pic

Ce n'est qu'un lever de soleil, vu depuis le Viso. (voir d'autres très belles photos ici)

Retour à l'accueil