Le fait générateur

A Trans-en-Provence, le 8 janvier 1981, Nicolaï voit atterrir un engin bizarre.Peut-être par crainte de ne pas être pris au sérieux, il ne prévient pas les gendarmes, ce sont des amis à qui il en a parlé qui le feront.

De quoi s'agit-il ? Nous n'en savons rien. Cependant, des luzernes sont prélevées et envoyées à un biologiste pour analyse. Conclusion : « Les concentrations des composants de l'appareil photosynthétique sont (...) très affaiblies au voisinage de la trace. Le glucose y est fortement augmenté, tandis que les acides aminés libres sont (...), pour la plupart, anormalement peu concentrés. Quelque chose s'est bien posé ici. » (source)

L'étude

JF s'intéresse au sujet. Jean Pierre Petit et d'autres ont fait des hypothèses sur l'origine de cette détérioration de l'appareil photosynthétique des luzernes.

JF prépare un protocole, en discute avec diverses personnes et réalise l'expérimentation. Il soumettra des luzernes, à un rayonnement EHF (2,45 GHz) et les comparera à un groupe témoin, toutes choses égales par ailleurs.

Compte rendu de l'expérimentation : plantes_vivantes_et_HF___rapport___l_ufologie

Conclusion de l'étude : l'expérimentation n'a pas permis de reproduire les anomalies relevées à Trans en Provence.

Avis sur la méthode

Le travail réalisé procède d'une authentique démarche scientifique. Sur la base d'un fait (là, il ne s'agit pas seulement de témoignage. Malgré toutes les bizarreries du dossier qui ont bien fait jaser les sceptiques, il y a eu une analyse indépendante qui a confirmé l'existence d'un phénomène aujourd'hui inexplicable), Jérôme a émis une hypothèse et a cherché à la valider à travers une démarche expérimentale rigoureuse.

Bien sûr, ce n'est pas terminé : on aurait préféré un résultat positif, on a fermé une porte, il en reste beaucoup à explorer.

Voilà le genre de travail qu’il faut mener pour comprendre les ovni. On a un événement étrange, on a des traces précises mises en évidences scientifiquement. On peut chercher l’origine des modifications constatées à Trans en Provence en essayant de trouver les conditions qui permettent de les reproduire. Nous avons en France les compétences pour mener l’étude, la bonne volonté aussi. Reste le financement....

Si demain, par une telle démarche, on reproduit les anomalies détectées à Trans en Provence, on aura fait un grand pas.

Bravo et merci, Jérôme  !

retour à l'accueil : ici

Sommaire du blog : http://veni07.canalblog.com/archives/2008/09/01/13251251.html